Startseite // FHSE // News & E... // Ville infectée, ville déshumanisée

Ville infectée, ville déshumanisée

twitter linkedin facebook email this page
Add to calendar
Veranstaltung: Donnerstag, den 22. November 2012 08:45 - Freitag, den 23. November 2012 12:45
Ort: Campus Walferdange, bâtiment X, salle 0.34

Le Professeur Sylvie Freyermuth (Université du Luxembourg), le Professeur Jean-François Bonnot (Université de Franche Comté, France) et le Docteur Obergöker (Université de Mainz, Allemagne) ont le plaisir de d'informer que les journées d’étude de leur projet international, intitulées « Ville infectée, ville déshumanisée », se tiendront à l’Université du Luxembourg, au Campus de Walferdange, les 22 et 23 novembre 2012.

Durant deux jours, des chercheurs venant d’Allemagne, de France, du Luxembourg, des Pays Bas, de République Tchèque et de Roumanie échangeront leurs analyses sur la catégorie de l’espace présente dans la littérature française et francophone, en étroite relation avec la géographie, l’histoire, les sciences sociales et politiques, et enfin les sciences cognitives et la cybernétique.

Les difficiles premières années du XXIe siècle (guerres, peurs et fantasmes « terroristes », etc.), de surcroît marquées par une crise économico-financière sans précédent depuis 1929, inscrivent les groupes sociaux et les individus dans des situations assez nouvelles, en réactivant soupçons et défiances à l’égard des institutions politiques et de leurs administrations. Aucun domaine n’est épargné, qu’il s’agisse de l’éducation, de la recherche scientifique ou des activités de diffusion de l’information.

Ce projet d’étude international veut explorer et analyser la création, essentiellement romanesque, de l’extrême contemporain dans laquelle l’espace s’impose avec force, comme en témoigne le rôle rempli par les lieux archétypiques de lasurmodernité, à savoir la prison, l’usine, les périphéries urbaines, voire les centrales nucléaires, ensemble de lieux « sans qualité ». C’est parce que la littérature est à la fois une caisse de résonance des fantasmes et des terreurs et une conscience critique, que notre projet international veut analyser au cœur des textes de l’extrême contemporain ce rapport avec l’espace, dont l’humain a lui-même organisé la planétarisation et – paradoxalement – la déshumanisation.

L’entrée est libre et gratuite.

Programme