Startseite // Universität // Aktuelles // Topthema // L’Université du Luxembourg et l’OAI bâtissent le futur

L’Université du Luxembourg et l’OAI bâtissent le futur

twitter linkedin facebook email this page
Veröffentlicht am Dienstag, den 28. Januar 2020

La convention signée fin 2019 entre l’Université du Luxembourg et l’Ordre des Architectes et des Ingénieurs-Conseils (OAI) va au-delà de la simple institutionnalisation des liens entre le monde académique et le monde professionnel. Ce sont de véritables ponts que cette nouvelle collaboration entend construire afin de développer des activités de recherche et d’enseignement en matière d’architecture, d’ingénierie et d’urbanisme tout en posant les bases d’une culture du bâti appelée à s’épanouir.  

Elle a été signée en novembre 2019 par Yves Elsen et Stéphane Pallage, respectivement président du conseil de gouvernance et recteur de l’Université, ainsi que par Jos Dell, Marc Feider et Pierre Hurt, respectivement président, vice-président et directeur de l’OAI.

Le document prévoit de nombreuses activités et interactions dans le cadre du Master en Architecture et des quatre Masters en Ingénierie, à savoir le Master of Science in Civil Engineering – Megastructure Engineering with Sustainable Resources (MSCE) ; le Master of Science in Engineering - Sustainable Product Creation (MSP) ; le Master en Sciences de l’Ingénieur - Efficacité Energétique et Economiqu (MEEE) et le Master en Développement Durabl (MDD).

Photo, de g à d: Marc Feider, vice-président OAI; Charel Backes, lauréat du Prix OAI Master en ingénierie; Jean-Marc Schlenker, doyen Faculté des Sciences, des technologies et de Médecine (FSTM); Danièle Waldmann, directrice d'études Master MSCE

Former des architectes et des ingénieurs

La formation des architectes et des ingénieurs est bien sûr au centre des préoccupations. Des cours seront ainsi élaborés en étroite collaboration et dispensés par des membres de l’OAI.

Les étudiants de ces Masters seront accompagnés par l’OAI tout au long de leur formation et pourront effectuer des stages dans des cabinets d’architectes et des bureaux d’ingénieurs-conseils. Ils auront également un accès privilégié à la documentation que l’OAI a constituée au fil de ses trente ans d’existence. Le corpus ainsi rassemblé offre une vision précise de l’évolution et de la réalité des professions OAI ainsi que de leurs interventions dans un Luxembourg en profonde mutation.

L’OAI facilitera de son côté la reconnaissance et l’accès à la profession des titulaires des masters précédemment cités en leur permettant de s’inscrire en tant que membres facultatifs et, après deux ans de pratique professionnelle et l’obtention d’une autorisation d’établissement du ministère des Classes moyennes, en tant que membres obligatoires afin de pouvoir exercer sur le territoire du Grand-Duché et prester des services à l’étranger.

Développer la recherche

Le partenariat entend également développer les capacités d’expertise, partager les savoirs des deux parties et favoriser la recherche dans les domaines de l’architecture, de l’ingénierie et de l’urbanisme.

Il est ainsi concrètement prévu que les membres de l’OAI puissent intervenir aussi bien sur les cours que les travaux pratiques, le tutorat ou encore l’encadrement des étudiants tandis que l’Université peut solliciter l’expertise des membres de l’OAI.

Photo, de g à d: Dragos Ghioca, lauréat du prix OAI Master en architecture et Jos Dell, président OAI

Féliciter les meilleurs étudiants

L’OAI s’engage pour sa part à récompenser les meilleurs travaux des étudiants en master. Chaque année, un étudiant en architecture et un autre en ingénierie seront ainsi salués par l’Ordre. Les deux premiers lauréats qui se sont vu remettre le Prix OAI lors de la cérémonie de remise des diplômes de décembre 2019 sont ainsi l’architecte Dragos Ghioca pour son travail sur le Hall des Soufflantes à Esch-Belval et l’ingénieur Charel Backes pour son master en génie civil spécialisé en structure et ressources durables.

Sensibilisation

Cette action de sensibilisation entre dans un cadre plus général qui vise à mieux diffuser la culture du bâti grâce à l’organisation de cycles de conférences, de colloques, de débats et d’expositions afin d’informer et de sensibiliser le grand public.